Gouvieux – Rte de Creil point de situation

Le cas de la route de Creil et de son trafic n’est pas nouveau et certains de nos adhérents associés à des riverains ont déjà alerté et sensibilisé les pouvoirs publics afin de gagner en sérénité et en sécurité.

Mairie, Conseil Général, DDE ,…,  ont été sollicités afin de mettre en place des dispositfs ayant pour objectif de réduire la vitesse sur cet axe, qui rapelons le fait partie intégrante de la commune, puisqu il coupe d’un coté le quartier de la Chaussée et le bas du quartier des carrières, et pourtant la vitesse n’y ai pas réglementé à 50km comme cela est le cas dans les rues de Gouvieux.

A ce jour des réponses ont été reçues qui pourraient être encourageantes, ci dessous celle du Conseil Général qui laisse un réel espoir en indiquant que des propositions ont été faites à notre commune, et qu’elle peut agir.

Gouvieux - Rte de Creil point de situation dans Sécurité Routière doc rponseconseilgal012009.doc 

D’autres que vous pouvez voir ci dessous nous indiquent que finalement le trafic, la vitesse, est dans la tolérance, . . . la tolérance s’appréciant toujours plus facilement quand on ne vit pas la situation au quotidien.

doc dans Sécurité Routière rponsemairiecourrier271008.doc 

A ce jour la situation pourrait connaitre une avancée, un repostionnement du panneau Gouvieux en haut de la rue, ou le rajout de ralentisseur de même type que sur le plateau pourrait être de premières mesures, de nouvelles études ont été lancées afin d’évaluer le comptage.

Vous trouverez ci dessous le courrier adressé à la MAirie sur cette nouvelle phase de comptage qui appelle à quelques commentaires qui nous l’espérons seront pris en compte.

doc lettremairiesurcptage022009.doc

A suivre

 

 


16 commentaires

1 2
  1. Le Godvicien dit :

    bonjour chaumont
    La route et la circulation doivent etre
    et non pas (doit)
    merci

  2. chaumont dit :

    BONSOIR le Godvivien,
    J’ai effectivement constaté que le commentaite d’une personne se disant « chaumont: 09/01/53″ n’était pas le mien.J’ai répondu, mais mon commentaire est « en attente de modération » Ce site est sous le contrôle de personnes pouvant le constater avec les adresses mail. MAIS, leur intégrité n’est peut-être pas totale .Et ,je pense que ce commentaire ne fera pas surface.Avec de tel site ,on peut faire dire n’importe quoi!!!
    Bonne soirée

  3. TURLAY dit :

    Ce n’est pas toujours la vitesse qui est en cause mais l’intensité de la circulation.
    Aux heures de pointes la circulation est impossible rue de la Chaussée.
    Cette route sert de déviation pour éviter Chantilly et le cntre ville de Gouvieux.
    Elle est empruntée entre autre par les camions de fumier,les semi-remorques, les tracteurs etc, si bien que le croisement à la hauteur de la route de Creil est trés difficile voire dangereux lorsque les camions qui descendent prennent le virage à la corde, ils ne peuvent faire autrement du fait de leur importance.
    Autre question est-ce que le quartier de « La Chaussée » fait partie de la commune de Gouvieux?

  4. Trogloman dit :

    Bonjour, le problème du trafic rue de Creil concerne non seulement la rue de Creil mais tout Gouvieux.

    1) Il conviendrait de marquer par des panneaux suffisamment explicites où commence et où finit Gouvieux.
    En arrivant à Gouvieux depuis Creil ou Saint-Maximin, l’automobiliste ou motocycliste découvre un premier panneau « Bienvenue à Gouvieux » près du rond-point conduisant vers Gouvieux et Saint Leu.
    Puis il en découvre un deuxième tout en bas de la rue de Creil.
    Enfin, il peut apercevoir un troisième panneau rue Corbier Thiébaut.

    => La première chose à clarifier, c’est donc l’entrée de Gouvieux. Il faut la matérialiser clairement.

    2) Avec une entrée de Gouvieux clairement matérialisée, il sera plus facile de convaincre les automobilistes pressés qu’ils entrent dans une ville où la vitesse est limitée à 50 km/h. Avis aux Fangios de la rue de Creil ! Ceux qui rétorquerons que les habitants de la rue de Creil sont des « emmerdeurs » aimeraient-ils que passe un flot continu de véhicules devant leur domicile situé en secteur protégé à une vitesse allant de 70 à 90 km/h ?

    => Repositionner plusieurs panneaux 50 km/h le long de la rue de Creil ne coûte pas grand chose.

    3) Le troisième élément important est la protection de l’environnement et le souci légitime de tranquillité des habitants.
    Dans l’excellente revue « Soyons Parc » de Mai-Aout 2009 (Magazine du Parc Naturel Régional Oise Pays de France), il est question d’interventions en faveur du patrimoine : « Autant d’interventions rendues nécessaires par l’action destructrice conjointe du temps, de la pollution, des vibrations engendrées aux abords des routes par les véhicules lourds … » (p 3) … Véhicules lourds … Voici un souci bien réel des habitants de la route/rue de Creil et des Godviciens en général. Le passage à pleine trombe des poids lourds faisant fi de la réglementation en matière de vitesse produit des effets dévastateurs sur le patrimoine protégé de la vallée de la Nonette (fissures dans les murs des maisons, pollution, risque d’accident sur une chaussée étroite, tassements des murs au niveau des caves)
    > les habitants l’ont-ils mérité, eux à qui on impose (avec raison !) de nombreuses exigences en matière d’autorisation de construction.

    4) La sécurité des habitants … Voilà un sujet où la responsabilité des autorités est pleinement engagée. Qui prendra la responsabilité de ne pas avoir agi quand un accident fatal se produira rue de Creil ou aux alentours parce qu’aucune mesure n’aura été prise à temps. Il convient de rappeler que l’école de la rue de Chaumont est proche de mois de 100m du carrefour Rue de Chaumont – Rue de Creil.

    Des propositions :

    - 1 panneau d’entrée de Gouvieux explicité (où commence le territoire de la Commune – au tout début de la route de Creil).

    - Des panneaux 50 km/h bien visibles avec rappel et pourquoi pas un panneau disuasif « Contrôles radars fréquents ».

    - 1 panneau 30 km/h au carrefour Rue de Chaumont – Rue de Creil pour sécuriser le passage des enfants.

    - 2 ou 3 passages piétons le long de la route/rue de Creil – à voir en concertation avec les habitants.

    - 1 actions vis-à-vis des poids lourds :
    soit l’interdiction pure et simple des gros tonnages (cf Le Lys à Lamorlaye interdit aux plus de 7,5 t alors que les maisons sont en moyenne nettement plus éloignées de la route que rue de Creil).
    soit la mise en place d’une ou plusieurs chicanes centrales ou latérales de ralentissements (et non pas des plateaux ou dos d’ânes !) suivant l’exemple suivi au-dessus de la Nonette près du Lavoir.

    Les habitants du quartier comme ceux des secteurs touchés à Gouvieux ont le droit de sortir dans leur jardin sans être obligés de porter des boules kyes à cause du bruit, de dormir sans trembler pendant la nuit parce qu’un poids-lourd fait vibrer et craquer toute leur maison, ou s’angoisser à l’idée qu’un camion dans sa course contre la montre happe un enfant au passage.

    Avant la mise en place de la déviation, il est donc urgent d’agir !

  5. Trogloman dit :

    Trafic à Gouvieux : l’urgence d’agir

    Si les Godviciens sont bien conscients du problème posé par la densité du trafic à Gouvieux et par la circulation à grande vitesse des véhicules lourds sur des chaussées mal entretenues, absolument aucun signe tangible venant de la Municipalité ne semble indiquer que le Maire et son équipe :
    - aient réellement pris concience du problème
    - (ou) soient décidés à agir concrètement
    Autrement dit, il est urgent d’attendre !

    Pourtant le Maire dispose de pouvoirs de police dans sa commune qui lui permettent d’agir concrètement dans le cadre de la lutte contre le bruit et les dégradations causées par une circulation excessive et inadaptée au cadre de Gouvieux.

    Aux termes de l’article L.2212-2.1e du Code Général des Collectivités Territoriales, le maire détient un pouvoir de police qu’il exerce notamment pour tout ce qui intéresse la sûreté et la commodité de passage dans les rues, quais, places et voies publiques; la police municipale ainsi exercée doit viser à assurer la tranquillité, le bon ordre, la sûreté et la salubrité publiques.

    Aux termes de l’article L.2213-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, le maire dispose également d’un pouvoir de police concernant la circulation sur les routes nationales, les chemins départementaux et les voies de communication à l’intérieur des agglomérations (et non hors agglomération : C.E., 1er mars 1993, Société Entreprise Nabrin), sous réserve des pouvoirs dévolus au préfet sur les routes à grande circulation.

    Dans cette dernière hypothèse, une procédure de consultation du préfet est notamment requise avant que le maire ne réglemente la circulation des poids-lourds en ville (T.A. Clermont-Ferrand, 7 mars 1995, Commune de Bellerive-sur-Allier).

    Sur le fondement de ces textes combinés, il est loisible au maire d’édicter une réglementation de la circulation, dès lors que celle-ci est précise, motivée et que l’interdiction ne présente un caractère ni général, ni absolu.

    S’agissant plus particulièrement des poids lourds, le maire peut valablement invoquer des motifs de sécurité et de tranquillité publiques pour interdire la circulation à ces véhicules à l’intérieur de l’agglomération (interdiction, par exemple, des transports routiers d’un poids total autorisé en charge ou d’un poids roulant autorisé supérieur à 6 tonnes), mais ne peut proscrire cette circulation de manière générale : l’arrêté municipal doit, par exemple, prévoir sa non application aux véhicules de transport public de voyageurs, aux transports exceptionnels dûment autorisés par arrêté préfectoral, aux transports de marchandises assurant une desserte locale…
    De surcroît, l’arrêté doit prévoir un itinéraire de déviation adapté et propre à accueillir les véhicules lourds dont la circulation est interdite dans l’agglomération.

    Les illustrations jurisprudentielles
    Ont été jugés légaux par le Conseil d’Etat des arrêtés municipaux interdisant la circulation sur la route nationale traversant l’agglomération aux transports routiers de marchandises d’un poids total en charge de plus de 6 tonnes mais prévoyant des exceptions permettant la desserte locale à ceux des véhicules dont les origines ou destinations sont limités à l’agglomération, et instituant des itinéraires autorisés pour traverser la ville pour ceux qui devraient emprunter certains axes de circulation transversaux. (C.E., 1er février 1978, Coing ; C.E., 14 novembre 1980, société des transports André Coing).

    Le Conseil d’Etat a admis la légalité d’un arrêté municipal motivé par le danger permanent que constitue pour les habitants de la commune le trafic routier (étroitesse de la chaussée rendant difficile la circulation et le cas échéant l’organisation de secours minimum) et l’atteinte permanente à la tranquillité des riverains qu’occasionnait la circulation des poids lourds (C.E., 13 mai 1987, Aldebert).
    De la même façon, il a été décidé que l’interdiction de la circulation de poids lourds ou de camions transportant des matières dangereuses dans une agglomération, pouvait être justifiée par la gêne et le danger que cause le croisement de tels véhicules avec d’autres véhicules, compte tenu de la densité du trafic et de la largeur de la chaussée, et alors que les poids lourds disposaient d’un itinéraire de dégagement par un tronçon de l’autoroute voisine ; de plus, les inconvénients résultant de cette restriction pour les usagers de la route (allongement du parcours) et pour les habitants des communes voisines ne présentaient pas un caractère excessif (C.E., 18 octobre 1989, Commune d’Aigueperse).

    Il convient de souligner que la responsabilité communale pourrait éventuellement être recherchée dans l’hypothèse ou le maintien de la circulation des poids lourds occasionnerait, outre un trouble anormal de voisinage, un préjudice matériel aux riverains (par exemple, désordres survenus dans les immeubles bordant la voie publique du fait du passage répété des poids lourds…).

    I have a dream : et si le Maire prenait vraiment le problème à sa vraie mesure ?

  6. LE GODVICIEN dit :

    Si vous désirez vous défouler au volant de votre véhicule (moto,
    automobile ou poids lourd) je connais des voies appropriées, il
    s’agit des routes de Creil et Corbier Thiébault, là en toute impu-
    nité vous pouvez circuler à plus 90km/h, doubler à loisir, au
    détriment des riverains contribuables, qui n’ont qu’à bien se
    tenir.
    Ces routes constituant une sorte de no man’s land dont les
    autorités (existent-elles ?) godviciennes se moquent de façon
    éhontée. Salutations

1 2

Répondre