Archive pour décembre, 2008

Article du Parisien du 12/2008

Nomades : les communes doivent rendre leur copie

Les communes ont jusqu’au 31 décembre pour réclamer les subventions nécessaires à la création de places pour accueillir les nomades. Une certitude, le compte n’y est pas.

François-Xavier Chauvet | 29.12.2008, 07h00

Le schema départemental d’accueil des gens du voyage prévoit la création de 570 places réparties sur 15 aires d’accueil permanentes et 6 aires de grand passage. Des places largement subventionnées par l’Etat, qui rembourse 15 245 € par caravane, soit 50 % du coût estimé. Pas de quoi faire avancer les choses pour autant, comme en atteste la fiche d’avancement du dossier que nous nous sommes procurée auprès de la préfecture.

sas_pageid=’2358/16810′; // Page : manchettepub/leparisien.com/evenement/tourdefrance_article sas_formatid=1278; // Format : rectangle 2 300×250 sas_target= »; // Targeting SmartAdServer(sas_pageid,sas_formatid,sas_target);

Etat des lieux.

e schema départemental d’accueil des gens du voyage prévoit la création de 570 places réparties sur 15 aires d’accueil
Beauvais et Méru. Le réaménagement de l’aire d’accueil de Beauvais, située à proximité de l’autoroute, est au point mort depuis plusieurs mois. Le dossier de subvention a pourtant été validé mais, faute de solution pour déplacer les familles pendant les travaux, le projet n’avance pas. Après de longs mois de bras de fer entre les élus d’Amblainville, Andeville et Méru notamment, la communauté de communes des Sablons (CCS) vient de trouver un site à proximité de Méru.

Creil, Senlis et Chantilly.
L’agglomération creilloise s’est engagée à construire une aire de 44 places, mais le dossier achoppe sur des questions de propriété foncière. A quelques kilomètres de là, Pont-Sainte-Maxence vient de voter « un avant-projet sommaire pour profiter des subventions », selon le nouveau maire Michel Delmas. A Senlis, la CCPS (communauté de communes du Pays de Senlis) a validé le principe d’une aire de 40 places. Le dossier de subvention a été accordé.
Reste le cas de Chantilly qui, à l’image de Compiègne avec Jaux, s’est débarrassé du problème en créant un terrain intercommunal à Gouvieux, la ville voisine.

Compiègne et Noyon. « Les autres ne jouent pas le jeu et, dans ces conditions, je ne vois pas pourquoi on devrait créer de nouvelles places. On ne va pas aspirer toutes les caravanes du département. » Bernard Hellal, le maire de Margny-lès-Compiègne, est en colère. Le territoire de l’Agglomération de la région de Compiègne (ARC), qui vient pourtant de rénover à grands frais 3 millions d’euros l’aire d’accueil de Jaux qui compte 75 places et d’aménager une aire de grand passage provisoire, subit régulièrement le stationnement sauvage de caravanes. Expulsées de Compiègne, une quarantaine ont ainsi trouvé refuge à Margny, provoquant la colère du maire. Les élus noyonnais viennent de demander les subventions pour aménager un terrain de 30 places. Mais il reste à savoir où…

 

Le Parisien

Le Sens Interdit inutile …

Dés l’arrivée des gens du voyage les services de la Mairie ont mis en place d’un sens de circulation obligatoire.

Un Sens Interdit, vous savez le rond rouge barré blanc, celui qui vaut 3 points sur le permis de conduire !!!

Objectif :

  • Faciliter la circulation dans cette rue impropre à une circulation quotidienne en forte hausse.
  • limiter les nuisances sonores par des aller et venues permanent.

La Réalité :

  • les riverains respectent le sens interdit
  • les gens du voyage ne s’en préoccupent aucunement , et ceci en toute impunité, invectivant même les riverains ayant la mauvaise idée de leur rappeler cette contrainte qu’ils appliquent …

 Avons nous vu pour autant des contrôles sur ce sujet ? faut il courrir le risque d’un accident pour que l’on trouve une solution.

Vivre en communauté où essayer de faciliter les relations passent d’abord par le respect des règles, « Nous voulons des gens disciplinés »

 

Rendez vous en Mairie du 06/12

La Mairie avait organisé une réunion dans ses locaux afin d’échanger sur le sujet de l’arrivée de Début Décembre.

Difficile d’avoir un échange très constructif.

Nous avons bien vu l’ébauche d’un futur projet de réhabilitation … pour 2010

Nous avons bien entendu parlez de la mise en place d’un sens de circulation; qui ne sert à rien un sens interdit ne veut pas dire grand chose pour les gens du voyage.

Nous avons surtout entendu que cette zone aurait dans les jours à venir Eau et Electricité aux frais de la commune et des administrés ….

Qu’est devenu la phrase de Monsieur le Maire dans le Mensuel de la ville d’Oct. 2008 (cf page « Vu dans la presse » – Mensuel de la ville Oct 2008). ?

En attendant l’aire définitive, nous avons installé aux étangs de Totevoie, une aire provisoire suffisament éloignée des habitations pour éviter les nuisances de voisinage.”

Cette aire nous assure par ailleurs le soutien du Préfet dans la mise en oeuvre de la force publique quand elle est nécessaire pour évacuer une présence indésirable dans d’autres endroits de la commune, à proximité des habitations, comme ce fut le cas au cours du temps rue de la Tannerie, avenue de Précy prolongée ou dans le quartier des Carrières par exemple.”

La préfecture aurait tranché, la commune n’aurait pas eu son mot à dire …. merci pour ce cadeau de Noêl !!!!!

Article Courrier Picard 12/2008 (2)

Mercredi 03 Décembre 2008

GOUVIEUX Les gens du voyage sont de retour

Hier, la vie commençait à s'organiser dans la communauté itinérante qui a été autorisée à s'installer sur le sitede l'ancienne champignonnière.

Hier, la vie commençait à s’organiser dans la communauté itinérante qui a été autorisée à s’installer sur le sitede l’ancienne champignonnière.

OAS_AD(‘Position1′);Article Courrier Picard 12/2008 (2) empty

Après leur expulsion au mois d’avril dernier de l’ancienne champignonnière, les communautés itinérantes ont de nouveau investi le site. Mais cette fois, avec la bénédiction de la municipalité.

Après leur expulsion de l’ancienne champignonnière, il y a plus de six mois, le retour des gens du voyage dans la commune n’est pas sans susciter de nouveau l’inquiétude parmi les riverains : « Le maire avait promis que cela ne se renouvellerait plus » se plaint-on du côté du quartier résidentiel des Carrières. L’accès au site, donnant sur les vignes municipales et sur un hangar des services techniques, avait pourtant été obstrué par d’imposants rocs de pierre après le départ de la communauté itinérante, au mois d’avril dernier.

« Nous voulons des gens disciplinés »

Mais cette fois, la dizaine de caravanes qui a pris ses quartiers lundi, ne s’est pas invitée seule. La décision émane en effet du maire Patrice Marchand lui-même, pour des raisons de sécurité : « Ils s’étaient d’abord installés dimanche dernier dans la zone d’activités des Quinze saules, explique-t-il. C’était dangereux pour leurs enfants car beaucoup de camions y circulent. Les entrepreneurs sont venus me voir pour me dire que ce n’était plus possible. Il fallait donc prendre une décision : plutôt que de mettre la zone au chômage technique, nous avons préféré rouvrir le site de la champignonnière ».

La nouvelle s’est vite répandue chez les gens du voyage. Cette mesure, certes de bon sens, n’a pas manqué d’attirer à Gouvieux, d’autres « nomades » à la recherche d’emplacements disponibles. Mais eux n’ont pas eu accès à l’ancienne champignonnière. Une dizaine de caravanes supplémentaires a dû être refoulée, hier matin, par les gendarmes.

Pour autant, à la demande du sous-préfet de Senlis, Michel Schmidt de la Brélie, quelque 80 caravanes en provenance de Villers-Saint-Paul, auront, elles, l’autorisation, dimanche, de s’installer sur le site. Une communauté évangéliste et son pasteur Nono, que le maire Patrice Marchand connaît bien : [ITAL]« Ils ne posent pas de problèmes » assure-t-il.

Leur présence y est prévue jusqu’à la fin du mois de février. Et pour éviter tout danger lié aux branchements sauvages, la municipalité s’est engagée à leur fournir ces jours-ci l’accès à l’eau et à l’électricité. « Nous voulons des gens disciplinés », dixit Patrice Marchand.

Restera enfin à scolariser les enfants de ces communautés : « Ils n’aiment pas cette idée, mais c’est obligatoire ». Une condition que le maire ne compte pas négocier.

FRANCK BRENNER

Article Courrier Picard 12/2008

Mercredi 03 Décembre 2008

Gouvieux, terre d’accueil

Si la commune de Gouvieux intéresse particulièrement les gens du voyage, c’est qu’elle dispose des plus grands terrains encore disponibles sur le secteur. Une situation que subit la municipalité bon gré mal gré : « On est sur la brèche en permanence » déclare le maire UMP, Patrice Marchand.

Actuellement, outre celle installée à l’ancienne champignonnière, le territoire communal accueille plusieurs communautés : l’une constituée d’une vingtaine de caravanes, installée sur un site de la SNCF, face à la gare de Chantilly, rue Victor-Hugo.

Une dizaine d’autres caravanes a également pris position avenue de Précy, au sud de la Ville, en direction du Lys de Chantilly. « Mais ils sont en pleine humidité, nous allons devoir les changer de place » annonce le maire. Une situation qui devrait encore perdurer dans l’attente de la livraison des deux aires d’accueil prévues en 2010 à Senlis et Gouvieux et dont l’aménagement a pris du retard pour des questions de terrains. À Gouvieux, cependant, le dossier avance : « Nous sommes actuellement en train de procéder à l’expropriation » indique la municipalité. Quant aux habitants de la résidence des Carrières, située en bordure du site, qu’ils se rassurent. En 2010, les gens du voyage n’y auront plus accès : l’ancienne champignonnière sera en effet transformée en centre d’artisans. « Il faudra synchroniser cela avec eux » souligne le maire. Ce qui ne sera sans doute pas si simple.

F.B

12